EN FR

Journée portes ouvertes digitales

Samedi 12 décembre de 10h à 17h30

JE PARTICIPE !

Charlotte Heninger, diplômée de l’EnsAD, expose à la Galerie Vallois

L’ancienne étudiante de l’Atelier de Sèvres participe à l’exposition collective « Le Vaisseau d’Or », qui se tient à la Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, à Paris.

Le Vaisseau d’Or, une proposition de Gaël Charbau

Jusqu’au 22 février 2020, la Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois expose « Le Vaisseau d’Or », une proposition du commissaire Gaël Charbau. L’exposition collective réunit des artistes du monde entier, dont Charlotte Heninger, ancienne étudiante en prépa art à l’Atelier de Sèvres.

L’exposition a été conçue autour d'une œuvre de Gilles Barbier, " The Treasure Room II" et d’un extrait de « Adieu » de Arthur Rimbaud : « Quelquefois je vois au ciel des plages sans fin couvertes de blanches nations en joie. Un grand vaisseau d’or, au-dessus de moi, agite ses pavillons multicolores sous les brises du matin. »

« On fait des expériences, on fait des expositions donc, pas des exposés. On raconte des histoires. Il s’agit de laisser son esprit onduler, comme quand on se promène de galerie en galerie, un jour de semaine, les poings dans les poches. », écrit Gaël Charbau. Il ajoute : « il m’a semblé possible de montrer quelque chose des entrailles de ce grand vaisseau d’or, aux pavillons multicolores, dont parle Rimbaud. »

L’exposition se tient à la Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, dans le 6e arrondissement parisien, consacrée à l'art contemporain et au nouveau réalisme. Consacrée initialement à la sculpture, la galerie s’est progressivement ouverte à d’autres médiums et représente aujourd‘hui des peintres, photographes et sculpteurs.

Charlotte Heninger, ancienne étudiante de l’Atelier de Sèvres

Ancienne étudiante en prépa art à l’Atelier de Sèvres, Charlotte Heninger est diplômée de l’École supérieure des arts appliqués Duperré et de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, où elle a été reçue avec la Mention Très Bien.

Son travail est salué par la critique artistique : « Charlotte tisse, tapisse, et brode le fil comme des connexions entre les choses, tel un maillage cérébral à repriser. Pour relier les souvenirs entre eux, reconstruire une histoire à l’infime du paysage, le paysage à la marge, entre matière et signe, à la frontière de l’incision et de l’écriture. » écrit Slash-paris.com.